Les bases de la photo (2) :  la vitesse

 

Et si nous parlions vitesse ?

Non, pas les courses de bolides sur circuit mais la vitesse d’obturation…

Encore un terme barbare ? Rassurez-vous, c’est assez simple à comprendre mais tout aussi important à connaitre et à appliquer que le paramètre ouverture expliqué précédemment ici.

La vitesse d’obturation

Elle est contrôlée par l’obturateur (si, si …:)). Il est situé dans votre boitier devant le capteur et gère la durée de son exposition à la lumière. Il est composé de lamelles ou rideaux qui s’ouvrent et se ferment à une vitesse que votre appareil ou vous-même avez définie. Les vitesses d’obturation disponibles s’échelonnent entre 1/8000 et 30 secondes.

Plus l’unité de temps est petite (1/8000, 1/1000…) plus la vitesse est rapide et plus le temps d’exposition est court.

Quel est l’impact de la vitesse sur la photo ?

La vitesse d’obturation détermine le temps de pose du cliché. Elle agit donc sur deux éléments : la lumière et le mouvement.

La lumière

Comme l’ouverture, alors ? Non pas tout à fait, l’ouverture du diaphragme contrôle la quantité de lumière, la vitesse contrôle le temps pendant lequel cette lumière arrive.

Les deux paramètres sont indissociables et complémentaires. Imaginez une photo en pleine lumière avec un diaphragme ouvert à f/2  et une vitesse de 1 seconde… A votre avis, cela va donner quoi ? … Une photo sur exposée et peut être même complètement blanche.

Le mouvement 

Un temps de pose très court ne permettra de fixer sur le capteur qu’un instant très court, à l’inverse, un temps de pose long fixera sur le capteur en une seule image jusqu’à 30 secondes de vie.

Concrètement, si vous voulez une photo nette de votre fille en train de courir, la vitesse d’obturation se situera aux environs de 1/500.

A l’inverse, si vous utilisez une vitesse plus lente, la photo sera plus au moins floue mais montrera mieux le mouvement.

Un exemple en images : 3 photos de la même fontaine prises à des vitesses différentes.

La première permet de distinguer les gouttelettes, sur la dernière, la fontaine est beaucoup plus floue mais l’impression de mouvement et de vitesse de l’eau est plus forte. Vous remarquez que plus la vitesse est lente, plus j’ai fermé le diaphragme afin de conserver une luminosité correcte.

Et maintenant , à vos boitiers

Pour tester la vitesse et seulement la vitesse, réglez votre appareil en priorité vitesse (S ou Tv) et faites des tests en vitesse rapide et vitesse lente de sujets en mouvement.

Vous pourrez ensuite combiner ouverture et vitesse en adoptant le mode manuel.

La prochaine fois, je vous parlerai du troisième paramètre indispensable à une photo réussie:  la sensibilité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.